Des conseils

Hypatie d'Alexandrie

Hypatie d'Alexandrie

Connu pour: Intellectuel et enseignant grec à Alexandrie, Egypte, connu pour les mathématiques et la philosophie, martyrisé par la foule chrétienne

Rendez-vous: né environ 350 à 370, décédé 416

Orthographe alternative: Ipazia

À propos d'Hypatie

Hypatie était la fille de Théon d'Alexandrie qui était professeur de mathématiques au Musée d'Alexandrie en Égypte. Centre de la vie intellectuelle et culturelle grecque, le musée comprenait de nombreuses écoles indépendantes et la grande bibliothèque d'Alexandrie.

Hypatie a étudié avec son père et avec beaucoup d'autres, dont Plutarque le Jeune. Elle a elle-même enseigné à l'école de philosophie néoplatoniste. Elle est devenue directrice salariée de cette école en 400. Elle a probablement écrit sur les mathématiques, l'astronomie et la philosophie, y compris sur les mouvements des planètes, sur la théorie des nombres et sur les sections coniques.

Réalisations

Hypatia, selon des sources, correspondait et accueillait des universitaires d'autres villes. Synesius, évêque de Ptolémaïs, était l'un de ses correspondants et il lui rendait fréquemment visite. Hypatie était un conférencier populaire, attirant des étudiants de nombreuses parties de l'empire.

D'après les quelques informations historiques sur Hypatie qui subsistent, certains pensent qu'elle a inventé l'astrolabe d'avion, l'hydromètre en laiton gradué et l'hydroscope, avec Synesius de Grèce, qui était son élève et plus tard son collègue. Les éléments de preuve peuvent également indiquer qu'il est simplement possible de construire ces instruments.

L'hypatie aurait habillé les vêtements d'un savant ou d'un enseignant plutôt que les vêtements des femmes. Elle se déplaçait librement, conduisant son propre char, contrairement à la norme de comportement public des femmes. Elle a été créditée par les sources survivantes comme ayant une influence politique dans la ville, en particulier avec Oreste, le gouverneur romain d'Alexandrie.

Mort d'Hypatie

L'histoire de Socrate Scholasticus écrite peu de temps après la mort d'Hypatie et la version écrite par Jean de Nikiu d'Egypte plus de 200 ans plus tard sont en désaccord avec beaucoup de détails, bien que les deux aient été écrites par des chrétiens. Les deux semblent se concentrer sur la justification de l'expulsion des Juifs par Cyrille, l'évêque chrétien, et sur l'association d'Oreste avec Hypatie.

Dans les deux cas, la mort d'Hypatie est le résultat d'un conflit entre Oreste et Cyrille, devenu plus tard un saint de l'église. Selon Scholasticus, un ordre d'Oreste pour contrôler les célébrations juives a rencontré l'approbation des chrétiens, puis des violences entre chrétiens et juifs. Les histoires racontées par les chrétiens montrent clairement qu'ils blâment les Juifs pour le massacre de chrétiens, conduisant au bannissement des Juifs d'Alexandrie par Cyrille. Cyril a accusé Oreste d'être un païen, et un grand groupe de moines qui sont venus se battre avec Cyrille ont attaqué Oreste. Un moine qui a blessé Oreste a été arrêté et torturé. Jean de Nikiu accuse Oreste d'avoir enflammé les Juifs contre les chrétiens, racontant également une histoire de massacre de chrétiens par des Juifs, suivi de Cyril purgeant les Juifs d'Alexandrie et convertissant les synagogues en églises. La version de John laisse de côté la partie d'un grand groupe de moines venant en ville et se joignant aux forces chrétiennes contre les Juifs et Oreste.

Hypatie entre dans l'histoire en tant que personne associée à Oreste et soupçonnée par les chrétiens en colère de conseiller à Oreste de ne pas se réconcilier avec Cyrille. Dans le récit de Jean de Nikiu, Oreste obligeait les gens à quitter l'église et à suivre Hypatie. Il l'a associée à Satan et l'a accusée d'avoir converti les gens du christianisme. Scholasticus attribue à Cyril la prédication contre Hypatie d'avoir incité une foule dirigée par des moines chrétiens fanatiques à attaquer Hypatie alors qu'elle conduisait son char à travers Alexandrie. Ils l'ont traînée hors de son char, l'ont déshabillée, l'ont tuée, ont dépouillé sa chair de ses os, dispersé ses parties du corps dans les rues et brûlé certaines parties restantes de son corps dans la bibliothèque de Césarée. La version de John de sa mort est également qu'une foule - pour lui justifiée parce qu'elle "a séduit les habitants de la ville et le préfet à travers ses enchantements" - l'a déshabillée et l'a traînée à travers la ville jusqu'à sa mort.

L'héritage d'Hypatie

Les étudiants d'Hypatie ont fui à Athènes, où l'étude des mathématiques s'est épanouie par la suite. L'école néoplatonique qu'elle dirigeait se poursuivit à Alexandrie jusqu'à ce que les Arabes envahissent en 642.

Lorsque la bibliothèque d'Alexandrie a été incendiée, les œuvres d'Hypatie ont été détruites. Cette brûlure s'est produite principalement à l'époque romaine. Nous connaissons ses écrits aujourd'hui à travers les œuvres d'autres qui l'ont citée - même si défavorablement - et quelques lettres qui lui sont écrites par des contemporains.

Livres sur l'hypatie

  • Dzielska, Maria.Hypatie d'Alexandrie.1995.
  • Amore, Khan.Hypatie.2001. (un roman)
  • Knorr, Wilbur Richard.Études textuelles en géométrie ancienne et médiévale. 1989.
  • Nietupski, Nancy. "Hypatie: mathématicien, astronome et philosophe."Alexandrie 2.
  • Kramer, Edna E. "Hypatie".Le Dictionnaire de Biographie Scientifique. Gillispie, Charles C. éd. 1970-1990.
  • Mueller, Ian. "Hypatie (370? -415)."Femmes de mathématiques. Louise S. Grinstein et Paul J. Campbell, éd. 1987.
  • Alic, Margaret.L'héritage d'Hypatie: une histoire des femmes dans la science de l'Antiquité au XIXe siècle.1986.

Hypatie apparaît comme un personnage ou un thème dans plusieurs œuvres d'autres écrivains, y compris dansHypatie ou nouveaux ennemis aux vieux visages, un roman historique de Charles Kingley.